Les restaurants ont besoin de soutien plus spécifique au secteur pour continuer à alimenter la reprise du Canada

Publié avril 19, 2021

Restaurants Canada apprécie les engagements dévoilés dans le budget fédéral d’aujourd’hui visant à prolonger l’aide aux loyers et aux salaires, mais la restauration durement touchée a besoin d’un soutien sectoriel accru.

TORONTO — Restaurants Canada se réjouit de plusieurs des engagements annoncés aujourd’hui dans le budget fédéral, particulièrement la promesse du prolongement des subventions aux loyers et aux salaires jusqu’au 25 septembre 2021, mais continue de revendiquer un appui davantage ciblé sur le secteur.

« Nous apprécions que le gouvernement ait écouté notre secteur et d’autres et qu’il prolonge au-delà de juin les subventions aux loyers et aux salaires qui sont absolument essentielles, note Todd Barclay, président-directeur général de Restaurants Canada. Ces programmes offrent une bouée de sauvetage aux restaurants et autres petites entreprises, mais notre industrie, qui est particulièrement touchée, aura besoin d’un soutien sectoriel accru pour continuer à revitaliser les quartiers et permettre au gouvernement de tenir la promesse faite dans le discours du Trône de redonner du travail à un million de Canadiens.

Promesses budgétaires importantes pour les restaurants

En plus de prolonger les subventions aux loyers et aux salaires au-delà de juin, Restaurants Canada félicite le gouvernement fédéral d’avoir inclus les engagements suivants afin de soutenir les restaurants et autres petites entreprises durement touchées :

  • L’introduction d’un nouveau programme d’embauche pour la relance économique du Canada pour les employeurs qui continuent de subir des baisses de revenus admissibles par rapport au début de la pandémie.
  • La réduction des frais de transaction liés aux cartes de crédit.
  • Lancement d’une nouvelle gamme de produits de crédit afin de fournir des liquidités et de répondre aux besoins à court terme en fonds de roulement.

Nécessité d’un soutien accru

En réponse à une récente enquête de Restaurants Canada, neuf Canadiens sur 10 se sont déclarés d’accord pour dire que les restaurants ont besoin d’aide pour rester en affaires et payer leur personnel jusqu’à ce que la pandémie soit terminée.

Afin d’aider l’industrie des services alimentaires à passer de la survie au renouveau, Restaurants Canada revendique également une évolution des mesures d’urgence vers un cadre qui appuie la continuité des affaires et favorise la relance économique à plus long terme.

Restaurants Canada est impatiente de discuter des recommandations suivantes visant un soutien sectoriel plus poussé avec les décideurs gouvernementaux à la prochaine réunion de son Groupe de travail pour la relance de la restauration.

Mesures de survie

  • Prolongement des subventions aux loyers et aux salaires jusqu’en avril 2022 et critères d’admissibilité qui continuent à refléter la réalité de la restauration : Huit restaurants sur 10 continuent de perdre de l’argent ou survivent à peine, et ceux qui fonctionnent à perte estiment qu’il leur faudra au moins un an pour redevenir rentables. Couper ces sources vitales de soutien au moment où les restaurants passent de la survie au renouveau entraverait leur capacité de se rétablir et de continuer à redonner du travail aux Canadiens.
  • Crédits d’impôt fédéral pour aider les restaurants à couvrir les coûts liés aux protocoles de sécurité en lien avec la COVID-19 : Il faut un crédit pour le maintien et la réinsertion des employés afin d’aider les restaurants et autres petites entreprises durement touchées à couvrir les coûts des dépenses extraordinaires et imprévues qui ont dû être engagées durant la pandémie mondiale.
  • Exonération partielle de tous les prêts garantis par le gouvernement (y compris le Programme de crédit pour les secteurs très touchés) : Les entreprises de services alimentaires en difficulté ont besoin d’une aide supplémentaire pour éviter d’être forcées de fermer leurs portes en raison d’une dette écrasante.

Mesures de renouveau

  • Création d’un programme de rabais national pour encourager les gens à aller manger au restaurant : Semblable à l’initiative mise de l’avant à l’Île-du-Prince-Édouard, ce programme permettrait aux Canadiens d’économiser 50 pour cent lorsqu’ils vont manger sur place. En vertu de ce programme, les restaurants avec service aux tables recevraient du gouvernement un remboursement de 15 $ par personne par repas (50 pour cent avant taxes et pourboires pour un montant allant jusqu’à 30 $ par client dépensé en aliments et en boissons).
  • Augmentation de l’actuel crédit d’impôt pour repas et dépenses d’affaires : Une augmentation temporaire de ce crédit d’impôt, actuellement de 50 pour cent, au pourcentage original de 100 pour cent afin d’encourager les entreprises à promouvoir les repas au restaurant après plus d’un an de réduction de ce type de dépense.
  • Incitatif fiscal en matière de tourisme culinaire pour les années d’imposition 2021-2022 : Semblable au programme d’incitation au voyage adopté au Nouveau-Brunswick, lequel comprenait des rabais pour les dépenses au restaurant, afin d’encourager les Canadiens à voyager dans leur province ou ailleurs au Canada et d’appuyer et de célébrer la diversité de nos restaurants et le rôle essentiel qu’ils jouent dans la vie des communautés.
  • Gel de toute nouvelle augmentation de la taxe d’accise sur la bière, le vin et les spiritueux en vertu de la Loi sur l’accise et de la Loi de 2001 sur l’accise : Ceci comprend les hausses prévues pour le 1er avril 2021, car ces taxes sur l’alcool qui augmentent sans cesse contribuent à donner l’impression que les restaurants exploitent les clients sur les ventes d’alcool.
  • Élimination des frais du commerçant sur la portion de taxe des factures de restaurant : Cette pratique permet actuellement aux sociétés de cartes de crédit de bénéficier des taxes perçues par les restaurateurs au nom du gouvernement et décourage inutilement les dépenses de restauration.

« Nous voici plus d’un an après le début de la crise de la COVID-19 et quelque 350 000 des 1,2 million d’emplois que notre industrie fournit habituellement n’ont toujours pas été rétablis. Nous avons besoin de l’aide du gouvernement fédéral pour continuer à créer les conditions qui permettront à ces Canadiens de retrouver du travail, commente Olivier Bourbeau, vice-président, Affaires fédérales et Québec de Restaurants Canada. Les restaurateurs sont tenaces et débrouillards, mais ils ne peuvent pas continuer à fonctionner à perte pendant des mois et des mois. Ils comptent sur le gouvernement pour les aider à préserver leurs moyens de subsistance et continuer à contribuer au dynamisme des communautés partout au Canada. »

Au sujet de Restaurants Canada

Restaurants Canada est une association nationale sans but lucratif qui aide l’industrie dynamique et diversifiée des services alimentaires canadiens à réaliser son plein potentiel au moyen de programmes, d’études, de représentation, de ressources et d’événements à l’intention de ses membres. Avant le début de la pandémie de COVID-19, le secteur canadien des services alimentaires était une industrie au chiffre d’affaires annuel de 95 milliards de dollars qui employait directement 1,2 million de travailleurs, était la principale source de premiers emplois au Canada et servait 22 millions de clients chaque jour dans toutes les régions du pays. Depuis, l’industrie a perdu des centaines de milliers d’emplois et des milliards de dollars de chiffre d’affaires en raison des impacts de la COVID-19.

Renseignements :

Olivier Bourbeau
Vice-président, Fédéral & Québec
Restaurants Canada
613.552.4477
obourbeau@restaurantscanada.org

Marlee Wasser

Nam dapibus nisl vitae elit fringilla rutrum. Aenean sollicitudin, erat a elementum rutrum, neque sem pretium metus, quis mollis nisl nunc et massa. Vestibulum sed metus in lorem tristique ullamcorper id vitae erat.

More from Marlee Wasser

STAY IN THE KNOW

SIGN UP FOR RESTAURANT'S CANADA NEWSLETTER

RC Insider gives you snackable bites of must-read industry news and timely research, as well as useful tools and tips, every two weeks.