Les restaurants ont besoin de soutien spécifique au secteur pour survivre à une dette pandémique désastreuse

Publié août 19, 2021

Un quart des restaurateurs indépendants sont aux prises avec une dette dont ils ne se remettront pas dans les conditions actuelles.

TORONTO — Restaurants Canada demande à tous les partis qui souhaitent former le prochain gouvernement fédéral d’aider les entreprises de services alimentaires durement touchées à se remettre de leur dette liée à la pandémie afin qu’elles puissent continuer à contribuer à la relance du Canada.

Selon la dernière enquête réalisée par Restaurants Canada en juillet :

  • huit entreprises de services alimentaires sur 10 ont contracté de nouvelles dettes au cours des 17 derniers mois et plus en raison de la crise de la COVID-19 qui perdure;
  • plus du quart (26 %) des exploitants d’établissement unique qui ont contracté de nouvelles dettes durant la pandémie estiment que leur entreprise ne pourra pas survivre dans les conditions actuelles.

« Les enquêtes menées auprès de nos membres tout au long de la pandémie ont révélé que les entreprises de services alimentaires auront besoin d’au moins un an pour se remettre de cette crise, selon Todd Barclay, président-directeur général de Restaurants Canada. Les restaurateurs canadiens durement touchés méritent un plan de réouverture qui leur permettra de préserver leur gagne-pain, de maintenir les emplois de 1,2 million de Canadiens et de continuer à contribuer au dynamisme des communautés d’un bout à l’autre du pays. »

Un soutien spécifique au secteur est nécessaire pour relancer l’industrie de la restauration durement touchée

Les restaurateurs canadiens sont tenaces et débrouillards, mais beaucoup demeurent à risque de devoir fermer en raison des dettes écrasantes qu’ils continuent d’accumuler en raison de la pandémie qui se prolonge.

Huit exploitants de services alimentaires sur 10 qui ont répondu à la dernière enquête de Restaurants Canada ont déclaré continuer à perdre de l’argent ou avoir peine à joindre les deux bouts :

  • 55 % indiquent qu’ils continuent de fonctionner à perte
  • 20 % atteignent à peine le point mort
  • 9 % déclarent réaliser un profit avant impôt inférieur à 2 %

Ceci reflète le fait que la majorité des établissements de services alimentaires canadiens fonctionnent toujours à capacité réduite en raison des restrictions qui demeurent en vigueur dans la plupart des régions du pays. En plus de ces mesures persistantes, les consommateurs ne font que commencer à reprendre confiance dans les restaurants après un an et demi à se faire dire de rester chez eux par les dirigeants politiques et les services de santé.

En collaboration avec Restaurants Canada, le prochain gouvernement fédéral peut aider les entreprises de services alimentaires à continuer de faire partie intégrante du tissu social et économique de nos collectivités. Voici des recommandations sur les mesures à prendre dans les domaines clés où les restaurants ont encore besoin du soutien du gouvernement pour passer avec succès de la survie au renouveau et continuer à alimenter le rétablissement post-pandémique du Canada.

Soutien pour la survie des restaurants

Étant le secteur canadien le plus durement touché, les restaurants continuent d’avoir besoin de soutien spécifique pour survivre à la pandémie qui perdure, y compris :

  • Exemption de la réduction prévue des subventions aux loyers et aux salaires pour le secteur fortement touché de la restauration, et une prolongation de ces programmes vitaux au moins jusqu’en avril 2022. Ceci est nécessaire car les données d’enquête de Restaurants Canada démontrent systématiquement que les restaurateurs prévoient qu’il leur faudra au moins un an pour redevenir rentables une fois la pandémie enrayée;
  • Possibilité pour tout restaurant admissible à la subvention salariale de demander également un financement dans le cadre du Programme d’embauche pour la relance économique du Canada de façon à pouvoir embaucher de nouveaux travailleurs en plus de garder leur personnel existant;
  • Radiation partielle de tous les prêts garantis par le gouvernement : actuellement la radiation est offerte uniquement par l’entremise du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC). Restaurants Canada aimerait voir ce principe appliqué au Programme de crédit pour les secteurs très touchés (PCSTT) ainsi que tout autre programme de prêt introduit par le gouvernement pour aider les entreprises à se remettre de la pandémie, ainsi qu’une prolongation de la période de demande pour les programmes existants;
  • Crédits d’impôt pour couvrir le coût de santé et de sécurité exorbitants engagés en lien avec la COVID-19.

Mesures de relance de la restauration

Pour rétablir la confiance du public dans les restaurants et aider le secteur durement touché de la restauration à revenir à son niveau d’activité prépandémique, les restaurants ont besoin des formes suivantes de soutien de la part du gouvernement fédéral :

  • Augmentation du crédit d’impôt « repas et dépenses » actuel pour les entreprises de 50 % à son niveau initial de 100 %;
  • Programme de rabais national pour encourager les repas au restaurant permettant aux Canadiens d’économiser 50 % sur leurs repas au restaurant, ainsi qu’un incitatif en matière de tourisme culinaire pour encourager les Canadiens à appuyer les restaurants locaux lorsqu’ils voyagent au pays.

Développement de la main-d’œuvre

Afin d’aider le secteur de la restauration à surmonter les pénuries de main-d’œuvre existantes qui ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19, il faut une Stratégie nationale de développement de la main-d’œuvre, y compris des mesures telles que:

  • Soutien pour l’extension de programmes pilotes efficaces en matière de main-d’œuvre, tels que le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique et l’Alberta Foodservice Labour Connections;
  • Accroissement du financement fédéral pour assurer le traitement efficace des demandes d’immigration grâce à la réduction des délais d’attente et du fardeau administratif et un meilleur partage d’information entre parrains;
  • Prolongation des visas de travail pour une année complète et suspension des frais jusqu’en 2022;
  • Ajout d’un volet Services alimentaires au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) afin de parer aux pénuries de main-d’œuvre saisonnières et à long terme, refonte de la structure de la classification nationale des professions afin d’élargir les catégories de postes que les restaurateurs peuvent combler grâce au PTET, et réduction du fardeau administratif pour les petites entreprises qui utilisent le PTET.

Une approche « ne pas nuire » en matière d’impôts et de paperasserie

Afin de créer les meilleures conditions de relance possible après plus de 17 mois passés à perdre de l’argent ou à être au point mort, les restaurants ont besoin d’une approche gouvernementale en matière d’impôts et de réglementation qui ne leur soit pas nuisible, y compris :

  • Approche sociétale en matière d’articles à usage unique, en fonction de politiques fondées sur des données probantes et de normes uniformes dans toutes les provinces;
  • Gel de toute nouvelle augmentation de la taxe d’accise sur la bière, le vin et les spiritueux;
  • Plafonnement des frais d’interchange sur les cartes de débit et de crédit et élimination des frais du commerçant sur la portion taxe des factures de restaurant;
  • Indexation du seuil de revenu de placement passif afin de soutenir les restaurants qui investissent pour protéger ou développer leur entreprise.
Au sujet de Restaurants Canada

Restaurants Canada est une association nationale sans but lucratif qui aide l’industrie dynamique et diversifiée des services alimentaires canadiens à réaliser son plein potentiel au moyen de programmes, d’études, de représentation, de ressources et d’événements à l’intention de ses membres. Avant le début de la pandémie de COVID-19, le secteur canadien des services alimentaires était une industrie au chiffre d’affaires annuel de 95 milliards de dollars qui employait directement 1,2 million de travailleurs, était la principale source de premiers emplois au Canada et servait 22 millions de clients chaque jour dans toutes les régions du pays. Depuis, l’industrie a perdu des centaines de milliers d’emplois et des milliards de dollars de chiffre d’affaires en raison des impacts de la COVID-19.

Marlee Wasser

Nam dapibus nisl vitae elit fringilla rutrum. Aenean sollicitudin, erat a elementum rutrum, neque sem pretium metus, quis mollis nisl nunc et massa. Vestibulum sed metus in lorem tristique ullamcorper id vitae erat.

More from Marlee Wasser

STAY IN THE KNOW

SIGN UP FOR RESTAURANT'S CANADA NEWSLETTER

RC Insider gives you snackable bites of must-read industry news and timely research, as well as useful tools and tips, every two weeks.