Les notes ont été attribuées : le rapport Relever le débit de 2022 révèle le besoin crucial d’égaliser le paysage de la politique en matière d’alcool pour les bars et les restaurants

Publié juillet 28, 2022

Restaurants Canada vient de publier une édition spéciale COVID-19 de son rapport Relever le débit dans laquelle il évalue les répercussions des politiques en matière d’alcool sur le chemin du rétablissement pour les établissements détenteurs d’un permis d’alcool d’un océan à l’autre.

TORONTO, le 27 juillet 2022 — Les notes ont été attribuées : pour la quatrième fois depuis 2015, Restaurants Canada a remis à chaque province un bulletin de notes indiquant la convivialité de son paysage politique en matière d’alcool pour les bars et les restaurants.

Cette année, l’édition spéciale COVID-19 du rapport Relever le débit met en lumière la façon dont les lois et les règlements concernant les boissons alcoolisées viennent en aide ou nuisent aux entreprises durement touchées qui se remettent encore des pertes dues à la pandémie.

« Les bars et les restaurants ont droit à une chance égale de se rétablir », a déclaré Roy Little, président-directeur général de Restaurants Canada. « Nous demandons aux décideurs politiques d’adopter une approche d’abstention lorsqu’ils envisagent de nouvelles politiques qui pourraient compromettre davantage leur transition de la survie à la renaissance. Les bars et les restaurants ont également besoin que les règles du jeu soient plus uniformes. Trop souvent, les établissements de services alimentaires détenteurs d’un permis d’alcool sont désavantagés par rapport aux magasins d’alcool gérés par le gouvernement, aux brasseries artisanales, aux autres types de titulaires de permis d’alcool, aux détaillants privés et, de plus en plus, aux services de livraison par des tiers. »

Les bulletins de notes de 2022 révèlent les progrès inégaux des politiques en matière d’alcool d’un océan à l’autre

Le tableau suivant présente les notes de chaque province depuis 2015.

PROVINCENOTES
2015201720192022
Colombie-BritanniqueC+CCB
AlbertaB+BBB+
SaskatchewanD+C-C- C-
ManitobaCCCC
OntarioD+ D+C-C+
QuébecC+B-B-C
Nouveau-BrunswickC-DD-B-
Nouvelle-ÉcosseC+B-B-B
Île-du-Prince-ÉdouardB-B-B-C+
Terre-Neuve-et-LabradorFD-D-C+

Les résultats de sondage montrent que le chemin vers le rétablissement est difficile pour les établissements détenteur d’un permis d’alcool

Les exploitants de bars et de restaurants de tout le pays ont une fois de plus donné leur avis dans le cadre du rapport Relever le débit de cette année. Lors d’un sondage mené au début de l’année 2022, ils ont indiqué à Restaurants Canada que le paysage politique relatif à l’exploitation d’un établissement détenteur d’un permis d’alcool s’est amélioré dans près de la moitié des provinces par rapport à la situation avant la crise liée à la COVID-19.

Lorsqu’on leur a demandé si leur entreprise était rentable, la grande majorité des répondants ont dit qu’ils perdaient de l’argent ou qu’ils s’en sortaient à peine.

  • 38 % ont déclaré qu’ils fonctionnaient à perte juste pour garder leurs portes ouvertes.
    • Environ un tiers d’entre eux ont déclaré qu’il leur faudra au moins un an pour que leurs activités redeviennent rentables.
    • Un autre tiers ont déclaré qu’il leur faudra au moins un an et demi pour que leur entreprise redevienne rentable.
    • Au moins 10 % ont déclaré qu’ils envisageaient de mettre la clé sous la porte parce que leur entreprise n’était peut-être plus viable.
  • 24 % ont déclaré atteindre tout juste le seuil de rentabilité.
  • 11 % ont déclaré réaliser un bénéfice avant impôt de moins de 2 %.

Bien que toutes les provinces permettent désormais aux bars et aux restaurants de vendre de l’alcool avec les commandes de plats à emporter et en livraison, les établissements détenteurs d’un permis d’alcool sont souvent aux prises avec des désavantages concurrentiels qui minent cette nouvelle source de revenus. La frustration à l’égard de cette situation s’est reflétée dans leurs réponses au sondage.

À peine la moitié des exploitants de bars et de restaurants titulaires d’un permis d’alcool ont déclaré que leur entreprise avait bénéficié de la possibilité de vendre de l’alcool pour consommation hors site.

  • 51 % ont signalé une incidence positive.
    • 39 % ont déclaré que l’incidence a été plutôt positive.
    • 12 % ont déclaré que l’incidence a été nettement positive.
  • 45 % n’ont signalé aucune incidence.

Plus que jamais, il est temps de mettre à jour les lois et les règlements pour qu’ils reflètent la réalité d’exploitation actuelle des bars et des entreprises offrant des boissons, et plus particulièrement, les politiques de prix des boissons alcoolisées et de vente pour consommation hors site pour qu’elles uniformisent les règles du jeu pour les entreprises de services alimentaires.

Les raisons de porter un toast

Au fédéral, le budget de 2022 comprenait un premier pas important dans la bonne direction pour la taxation des boissons alcoolisées, à savoir le retrait du droit d’accise sur la bière à faible teneur en alcool, à compter du 1er juillet. Après des années de pression soutenue de la part de Restaurants Canada et de ses alliés de l’industrie, cette lueur d’espoir est bien accueillie. Malheureusement, l’indexation annuelle automatique du gouvernement fédéral des taxes sur l’alcool ne s’est pas arrêtée pendant la pandémie, ce qui a compliqué les conditions pour les bars et les restaurants qui luttent toujours pour leur survie.

Au provincial, tous les gouvernements ont répondu à la demande de Restaurants Canada de permettre la vente d’alcool avec les commandes de plats à emporter et en livraison, ce qui a aidé les établissements détenteurs d’un permis d’alcool à adapter leurs activités pendant la pandémie. Une amélioration encore plus notable est que, dans le sillage de la pandémie, la plupart des provinces ont introduit ou élargi des politiques de prix réduits pour les titulaires de permis. Malheureusement, les progrès sur cette question cruciale ont été inégaux dans tout le pays.

Quelles mesures sont encore nécessaires pour relever le débit des établissements détenteurs d’un permis d’alcool?

Restaurants Canada recommande à toutes les provinces de mettre en œuvre ou de maintenir en place les mesures suivantes :

  1. Donner à tous les établissements détenteurs d’un permis d’alcool l’accès à des prix de gros ou à des prix réduits sur tous les types de produits d’alcool. Dans la plupart des provinces, les établissements détenteurs d’un permis d’alcool ont maintenant accès à une certaine forme de prix de gros ou de prix réduits pour les boissons alcoolisées. Cependant, les exploitants de bars et de restaurants paient toujours le même prix, et dans certains cas un prix plus élevé, que les clients au détail, lorsqu’ils achètent certains types de boissons alcoolisées dans certaines provinces;
  • Moderniser les lois sur l’alcool de façon à réduire les formalités administratives et à tenir compte de l’évolution du marché. On trouve encore, dans chaque province, des lois et des règlements désuets qui ne correspondent pas aux pratiques commerciales modernes. Les règles en matière d’alcool n’ont pas suivi le rythme de l’évolution des conditions du marché, laissant les titulaires de permis d’alcool en mauvaise posture pour survivre et prospérer dans le contexte actuel, et dans une encore bien pire posture pour se préparer pour l’avenir;
  • Introduire ou préserver un salaire pour les serveurs d’alcool. Un salaire différent pour les travailleurs à pourboires permet aux restaurateurs d’octroyer des salaires plus élevés au personnel de cuisine sans pourboire, qui est généralement plus difficile à attirer et à garder.

Visitez restaurantscanada.org/resources/raise-the-bar-2022 pour télécharger le rapport complet, et participez à la conversation en ligne en utilisant le mot-clic #Releverledébit2022.

– 30 –

Médias : Tianna Goguen │ 416-738-7134 │ media@restaurantscanada.org

Au sujet de Relever le débit
Tous les deux ans, Restaurants Canada produit son rapport Relever le débit afin d’évaluer comment les politiques en matière d’alcool continuent de venir en aide ou de nuire aux bars et aux restaurants du pays. Après un an de retard en raison de la pandémie, l’édition spéciale COVID-19 de cette année met en lumière les répercussions des politiques actuelles en matière d’alcool sur le chemin du rétablissement.

Ces politiques sont évaluées en fonction de quatre grandes catégories. Après analyse et pondération, une note générale, sous forme de lettre, est attribuée à chaque province. À l’intérieur de chaque catégorie, les provinces se voient accorder des points pour les critères énumérés ci-dessous. Dans le cas où les lois et règlements d’une province sont favorables au secteur des services alimentaires, des points sont ajoutés. À l’inverse, lorsque les lois et règlements sont punitifs ou inefficaces, des points sont déduits du compte :

  1. Prix;
  2. Économies relatives aux formalités administratives et au coût des permis;
  3. Expérience client;
  4. Paysage concurrentiel.

En fonction des commentaires reçus de ses membres, Restaurants Canada a attribué des facteurs de pondération aux quatre catégories ci-dessus afin de calculer la note finale pour chaque province. Un facteur de pondération de 45 sur 100 a été attribué à la catégorie Prix. Au deuxième rang des enjeux importants pour le secteur, on trouve la catégorie Économies relatives aux formalités administratives et au coût des permis, qui a reçu une pondération de 30 sur 100. Le facteur de pondération de la catégorie Expérience client est de 15 sur 100, et celui de la catégorie Paysage concurrentiel a reçu un facteur de 10 sur 100.

Les notes obtenues dans chacune des quatre grandes catégories ont été pondérées en fonction de l’échelle ci-dessus, après quoi une note globale a été attribuée à chaque province.

Les résultats de sondage contenus dans le rapport Relever le débit de 2022 proviennent des réponses à un questionnaire en ligne qui a été acheminé à des exploitants de services alimentaires de toutes les régions du Canada au début de l’année 2022. Au total, plus de 600 questionnaires ont été remplis pour plus de 3300 localités à travers le Canada. Veuillez noter que la marge d’erreur est normalement plus élevée pour les résultats des provinces de plus petite taille.

Au sujet de Restaurants Canada
Restaurants Canada est une association nationale sans but lucratif qui contribue à faire progresser le potentiel de l’industrie diversifiée et dynamique de la restauration au Canada grâce à des programmes destinés aux membres, à la recherche, à la défense des intérêts, aux ressources et aux événements. Avant la crise liée à la COVID-19, le secteur canadien des services alimentaires était une industrie qui valait 95 milliards de dollars, employait 1,2 million de personnes, constituait la principale source de premiers emplois au Canada et servait chaque jour 22 millions de clients dans tout le pays. L’industrie s’efforce aujourd’hui de se remettre des pertes de revenus d’au moins 44 milliards de dollars à la suite de la pandémie.

Tianna Goguen

Nam dapibus nisl vitae elit fringilla rutrum. Aenean sollicitudin, erat a elementum rutrum, neque sem pretium metus, quis mollis nisl nunc et massa. Vestibulum sed metus in lorem tristique ullamcorper id vitae erat.

More from Tianna Goguen

STAY IN THE KNOW

SIGN UP FOR RESTAURANT'S CANADA NEWSLETTER

RC Insider gives you snackable bites of must-read industry news and timely research, as well as useful tools and tips, every two weeks.